top of page

Œuf et statut en fer : est-ce une stratégie envisageable ? 🥚

Chez les populations à risque d’anémie (notamment ferriprive), la question d’une optimisation des apports en fer se pose souvent.


🔰 Les populations à risque étant :

- les femmes ménorrhées et enceintes

- les sportifs

- les végétariens

- les personnes au statut pathologique inflammatoire ou hémorragique (même lorsque non-visible ; pernicieux)

- les nourrissons et enfants en croissance


Une étude s’est intéressée au sujet et portant sur une population de jeunes enfants à risque par manque d’apports nutritionnels variés et d’origine animale (Malawi). Cette population comportait une prévalence d’anémie de 61% répartie à part égale pour l'étude.


Cette prévalence est principalement expliquée par :

- Une alimentation pauvre en fer (notamment héminique)

- Une alimentation riche en phytates qui pourrait inhiber l'absorption du fer

- Une prévalence élevée de l'inflammation et du paludisme


👉 Une supplémentation d’un œuf par jour n’a montré aucun intérêt dans :

- la gestion de la sidéropénie

- la gestion de l'anémie


📗 Explication envisageable :

La faible biodisponibilité du fer du jaune d'œuf est due à la chélation du fer par la phosvitine et la formation d'un complexe phosvitine-fer insoluble.


L’œuf ne peut pas vraiment rentrer dans une recommandation en ce qui concerne l’anémie. Mais il n’aggrave pas non plus le statut en fer, pouvant donc continuer à être consommé.


📚 Retrouvez l'étude de référence dans notre newsletter.


🔰 Newsletter gratuite accessible sur notre site : www.nka-nutrition.fr


Référence :


Comentarios


bottom of page