top of page

🚀 Faut-il délaisser l'entraînement de sa capacité à solliciter des graisses ?

Est-ce voué à l'échec ?


🔍 Petit zoom en reprenant des données récentes de références dans le domaine !

💡 Chaque athlète est différent, doté d'entraînements variés et de réponses métaboliques spécifiques. D'où la diversité des résultats observés dans ce domaine.


1️⃣ Idée répandue :

"Un athlète entraîné brûlerait une plus grande quantité de graisse à l'effort." Vérifions cette affirmation. 🧐


2️⃣ Pour mieux comprendre :

La présence accrue de lactate inhibe l'oxydation des graisses lors d'efforts intenses, un phénomène décrit par le concept du "crossover". 🏋️‍♂️

👉 Si pour le grand public l'oxydation maximale se situe entre 47-52% de la VO2max, elle est de 59-64% chez les athlètes. Cependant, des FATmax peuvent atteindre des valeurs impressionnantes de 72% de la VO2max. 📊


On observe également des variations en valeur absolue de FATmax suivant de nombreux paramètres dont fait partie l'entraînement.

Ce taux d'oxydation est influencé par plusieurs facteurs : type de sport pratiqué, régime alimentaire, moment de consommation, conditions climatiques, métabolisme, etc (à la fois sur intervention chronique et aigue).


Ce qu'il ne faut pas réfuter, c'est que des adaptations métaboliques existent par l'entraînement.

À noter : consommer 75g de glucides 45 minutes avant un effort peut diminuer le FATmax de 30%, comparé à une restriction de glucides 8 heures avant l'effort.


3️⃣ Point à retenir :

La glycolyse prend le dessus lors d'efforts intenses, soulignant l'importance des glucides. Néanmoins, l'oxydation des lipides demeure cruciale, notamment pour certains types d'efforts, car elle permet de préserver les réserves énergétiques issues de la glycolyse. La clé ? Tout dépend du contexte de l'effort. 🗝️


4️⃣ Conclusion :

Notre métabolisme est une orchestration subtile de différentes voies et processus. Dans la quête de performance, c'est l'harmonie et l'adaptabilité qui priment, et non la prévalence d'un processus sur un autre, la biochimie n'est pas aussi binaire que notre réflexion. Nombreux sont les mécanismes encore non compris dans ce domaine.


📩 Recevez nos résumés d’études chaque semaine dans votre boîte mail, en vous inscrivant à notre newsletter gratuite !

Références :

✍️ https://doi.org/10.1042/bst0311270

✍️ https://doi.org/10.1016/j.nut.2004.04.005

✍️ https://doi.org/10.1080/02640410310001641403


Comments


bottom of page