top of page

Jeûnes intermittents dans le but de perdre du poids et/ou de détox.

Les fêtes sont passées : une période très prisée dans la mise en place de jeûnes intermittents dans le but de perdre du poids et/ou de détox.


Pour plus de précision, on ne parlera pas de jeûne intermittent ici, mais d’alimentation à durée limitée (TRE : Time Restricted Feeding) qui peut-être spontanément programmée, tard, ou précoce en fonction des tranches horaires choisies (voir figure de différenciation).


Tendance très en vogue, la littérature scientifique s’y intéresse de plus en plus, mais comme l’annonce une dernière en 2022 : “La littérature actuelle sur les interventions humaines de TRE est limitée et impactée par un manque d'analyse alimentaire fiable et complète”.


Ce que l’on peut retenir :

De meilleurs résultats ont été observés sur une alimentation précoce à durée limitée (eTRF) (jeûne qui commence tôt le soir) :

1️⃣ améliore la fonction cellulaire et diminue la pression artérielle et le stress oxydatif.

2️⃣ diminue le désir de manger le soir, ce qui peut faciliter la perte de poids.

3️⃣ peut permettre de détourner sa concentration sur la perte de poids en soi, la favorisant ensuite.

4️⃣ le jeûne intermittent peut améliorer la santé même en l'absence de perte de poids.


Les interventions diététiques sont souvent mises en œuvre dans le but d'améliorer le contrôle glycémique. Les interventions TRE améliorent :


1️⃣ les concentrations de glucose à jeun.

2️⃣ les profils glycémiques sur 24 h (déterminés par une surveillance continue de la glycémie).

3️⃣ l'hémoglobine glyquée (HbA1c).

4️⃣ réduisent glucose AUC en réponse à un test oral de tolérance au glucose.

5️⃣ réduisent les concentrations nocturnes de glucose

améliorer la sensibilité à l'insuline.


On parle aussi de détox, du fait que le corps ce met à consommer des métabolites intracellulaires (autophagie) permettant un recyclage par le maintien de l’homéostasie.


Cependant, on ne sait pas actuellement si c'est la restriction énergétique modeste induite par les protocoles TRE ou l'alignement de l'heure des repas avec les oscillations circadiennes qui induisent bon nombre des avantages pour la santé du TRE. Non seulement la phase circadienne influence la réponse métabolique à l'apport alimentaire, mais l'apport alimentaire lui-même est sous le contrôle du système circadien endogène (c'est-à-dire, indépendamment du cycle veille/sommeil et jeûne/alimentation).


Les TRE n'est pas la seule option ou stratégie alimentaire dans la boîte à outils d'un professionnel de la santé pour améliorer ou gérer la gamme diversifiée de conditions métaboliques chroniques observées dans la société.


🔰 IMPORTANT : Il est nécessaire de se concentrer sur quand et quoi, nous mangeons. L'un n'allant pas sans l'autre.



Référence :



Comments


bottom of page