top of page

Les AGCC dans la régulation de la glycémie OUI, mais peut-être pas pour tous

Les AGCC dans la régulation de la glycémie OUI, mais peut-être pas pour tous, et en particulier chez les personnes atteintes de DT1.


L’intérêt porté par l’abondance de certains AGCC dans notre microbiote dans la régulation de la glycémie n’est plus a démontré, et pourtant une toute récente étude (bien que n<45) s’est interrogée pour la première fois au cas particulier du DT1.


👉🏻 Les conclusions :

1️⃣ Il semblerait que 4 microbes étaient inversement associés à l'adiposité ;

2️⃣ Le propionate (AGCC issu de la fermentation des fibres, au même titre que le butyrate), était associée à un effet nocif potentiel sur la glycémie ;

3️⃣ De plus, l'abondance accrue d'anaérostipes butyrogènes était associé à plus d'hyperglycémie et à un pourcentage de graisse corporelle plus élevé.


Des résultats qui nécessitent des études supplémentaires afin d’examiner ce microbe intestinal chez les personnes atteintes de DT1 et en surpoids ou obèses en particulier.


Retrouver une schématisation partagée par Cerin en 2016 sur le rôle des fibres dans l'homéostasie glucose :


"Ces travaux ont ainsi mis en lumière un mécanisme clé par lequel les AGCC, et surtout le propionate, peuvent influer positivement sur le métabolisme de l’hôte. Aussi bien les effets bénéfiques des fibres fermentescibles sur le contrôle du poids et de la glycémie" Gilles Mithieux


Effet hypoglycémiant que l'on pourrait ne pas attribuer chez le sujet atteint de DT1.



Référence :

コメント


bottom of page