top of page

Sucré, mais toxique : les effets amers de la surconsommation de sucres sur votre santé 🍬

La surconsommation de sucres pose de réels risques pour la santé et il est important de les aborder sans diaboliser ces aliments. Voici quelques points clés à retenir :


🔺 Les sucres sont trop souvent surconsommés, bien qu'ils devraient être présents en faible proportion dans notre alimentation, représentés par le sommet de la pyramide alimentaire.


💢 Les sucres sont associés de manière nocive à divers facteurs de risque :


🩸 endocriniens et métaboliques : l'indice de masse corporelle, la goutte, le diabète, le cholestérol et l'obésité.


🫀 coronariens : l'hypertension et les accidents vasculaires cérébraux.


🧬 cancéreux : mais les preuves de l'association entre la consommation de sucre alimentaire et le risque de cancer sont limitées et controversées. Il est possible que l'effet des sucres sur l'obésité contribue à cette association.


La consommation excessive de sucres contenant du fructose est particulièrement néfaste pour les maladies cardiométaboliques, favorisant la prise de poids, l'accumulation de graisses et les problèmes cardiovasculaires.


👀 Certaines associations favorables ont été observées, mais elles ne sont pas étayées par des preuves solides.


👉 De manière générale : la surconsommation de sucre alimentaire est associée à des résultats néfastes pour la santé.


Il est également crucial de prendre en compte d'autres facteurs.

Tous les sucres ne se valent pas de par :

📊 La quantité apportée en aiguë

📊 La quantité apportée en chronique

📊 Leur structure moléculaire

📊 Leurs effets relatifs au sein de la matrice alimentaire

➡️ Plus généralement, le contexte de la prise


L'important est de rappeler que ce n'est pas tant l'aliment qui est en cause, mais davantage le comportement alimentaire vis-à-vis de ce dernier qui nous amène à ce type de relation.


Il convient d'être prudent avec les associations mentionnées, car la plupart proviennent d'études observationnelles qui ne peuvent pas exclure l'influence d'autres facteurs hygiéno-diététiques chez les individus les plus exposés.


L'étude suggère de réduire la consommation de sucres libres ou de sucres ajoutés à moins de 25 g/jour (environ 6 cuillères à café/jour) et de limiter la consommation de boissons sucrées à moins d'une portion/semaine (environ 200-355 mL/semaine).



📚 Retrouvez l'étude de référence et ses résultats dans notre newsletter !


🔰 Newsletter gratuite sur notre site : www.nka-nutrition.fr


Référence :

Comentarios


bottom of page